LE RÉSEAU IN-TERRE-ACTIF

Un outil d'éducation et d'engagement pour de jeunes citoyens solidaires

Dossier : Vue d'ensemble d'Haïti

primaire    secondaire 1e cycle 2e cycle

À la découverte d’Haïti

1. Histoire
2. Géographie et climat
3. Religion
4. Éducation
5. Santé
6. Nourriture
7. Économie et agriculture
8. Population
9. Les problèmes haïtiens
 


1) Histoire

Haïti, ou plutôt Ayiti, signifie « pays montagneux » dans la langue des tribus indiennes qui vivaient sur l’île à l’arrivée de Christophe Colomb, en 1492. À cette époque, Haïti est un point stratégique parce que l’île regorge d’or et de canne à sucre. Les grandes puissances de l’époque se l’arracheront, passant d’abord par les mains des Espagnols qui extermineront plus de 300 000 Indiens Taïnos en les faisant travailler dans les mines d’or puis, par les mains des Français qui exploiteront plus de 500 000 esclaves venus d’Afrique pour les faire travailler dans les champs. En 1804, les esclaves noirs se libéreront à la suite des combats d’une grande férocité qui décimeront plus de 200 000 personnes, pour la plupart des Noirs. Cette guerre d’indépendance constitue la première révolution victorieuse d’esclave.



2) Géographie et climat

  • Capitale : Port-au-Prince
  • Superficie : 27 750 km2




    Haïti est un pays des Antilles occupant le tiers occidental de l'île d'Haïti, bordé au nord par l'océan Atlantique, à l'est par la République dominicaine, au sud par la mer des Caraïbes et à l'ouest par le canal du Vent, qui sépare l'île de Cuba. Aujourd’hui, le pays est divisé en neuf départements qui sont délimités par des chaînes de montagnes. Haïti est formée de deux péninsules séparées par le golfe de la Gonâve. La Gonâve est la plus grande des îles situées au large de ses côtes, l'île de la Tortue, célèbre repaire de flibustiers au XVIIe siècle, se trouve au nord du pays, au large de Port-de-Paix, et l'île de la Vache, au sud-ouest, dans la mer des Caraïbes, au large des Cayes. Le pays présente un relief très accidenté. Il est majoritairement montagneux, avec des massifs orientés est-ouest, séparés par des vallées étroites. Le plus haut sommet de l'île se trouve dans le massif de la Selle, qui culmine à 2 640 mètres. Les chaînes montagneuses bordent presque partout les côtes, très découpées. Les fleuves sont difficilement navigables mais le principal d'entre eux, l'Artibonite, l'est en partie. Le pays compte deux grands lacs, près de la frontière dominicaine. Le climat est tropical. La saison des pluies s'étend d'avril à juin et d'octobre à novembre. La côte ouest et l'île de la Gonâve bénéficient d'un climat sec et chaud, avec une température moyenne de 27°C et les variations thermiques sont très faibles entre l'été et l'hiver. Les montagnes, au sud et au nord du pays, ainsi que les étroites plaines côtières connaissent un climat plus froid et plus humide.

    Source du texte : http://www.americas-fr.com/geographie/haiti.html

    3) Religion

    Les chrétiens représentent environ 95 % de la population, mais beaucoup d’Haïtiens pratiquent également le vaudou. Le terme vaudou (vodu ou vodun), désigne au Dahomey (devenu la république du Bénin) et au Togo les dieux ou les puissances invisibles que les hommes essaient de se concilier, individuellement ou collectivement, pour s’assurer une vie heureuse. Le vaudou s’est transporté, avec les migrations d’esclaves et au prix de certaines transformations, de l’Afrique jusqu’en Haïti.

    Folklore pour les uns, ensemble de superstitions pour les autres, le vaudou haïtien a été regardé la plupart du temps comme un héritage africain en voie de disparition. Que représente-t-il dans la société haïtienne où il est le plus développé?

    Le vaudou apparaît, pour la plupart des Haïtiens, comme le seul refuge contre une exploitation économique implacable et contre un système culturel étranger (langue, école, régime administratif, religion, institutions juridiques, etc.) auquel ils ont été contraints à se soumettre.

    Le vaudou continue à être pratiqué avec une sérénité déconcertante. Le vaudou, d’abord, offre à ses fidèles toute une mythologie et un ensemble de pratiques rituelles qui rendent compte à la fois de l’origine du monde, des lois de la nature, de tous les aspects de la vie sociale et individuelle et de tous les événements. Donc, au-dessus de tout, il existe Dieu, ou le “Grand Maître”, créateur des génies qui sont au service de l’homme.

    4) Éducation
    • Taux d'analphabétisme : 47 %
    • Langues officielles : le créole (depuis 1979) et le français (parlé par 10 % de la population)

    5) Santé

    • Espérance de vie pour les femmes :
      53 ans
    • Espérance de vie pour les hommes :
      47 ans
    • Mortalité infantile :
      111 pour 1 000 naissances

    6) Nourriture

    • Riz
    • Fèves
    • Pois
    • Fruits locaux






    7) Économie et agriculture Haïti est l'un des pays les plus pauvres du monde et une partie importante de sa population survit dans des conditions très précaires. En 1999, la dette extérieure totale s’élève à tout près de 1 791 millions $ et le salaire par année pour un habitant est en moyenne de 377 $. Touchée à la fois par la sécheresse et les tempêtes, l'agriculture haïtienne qui constitue 65 % des actifs, n'est pas performante, la surpopulation des campagnes ayant entraîné l'épuisement des terres et une érosion considérables.

    La plupart des fermes sont de petites exploitations familiales où l'on pratique la culture vivrière (maïs, manioc, patates douces, haricots, riz, plantain), et les exploitations plus importantes fournissent les rares produits exportables : sucre de canne, café, sisal, cacao, noix de coco, tabac et coton. La pêche reste extrêmement artisanale et le bois sert à la fabrication de produits artisanaux (masques, sculptures) destinés essentiellement à l'exportation.

    Source http://www.americas-fr.com/geographie/haiti.html

    8) Population
    La population d'Haïti est aujourd’hui estimée à 8 157 658 habitants. Environ 74 % de la population vit en zone rurale. La population est relativement jeune : les moins de vingt-cinq ans représentent 60 % de la population. La quasi-totalité des Haïtiens (95 %) descend d'esclaves noirs, le reste de la population étant constitué de mulâtres (issus d'un métissage entre Africains et Français).

    Haïti est divisée en neuf départements, dirigés par un préfet nommé par le gouvernement. La capitale, Port-au-Prince, est de loin la ville la plus importante du pays, avec 1 100 000 habitants.

    Haïti estime que deux millions de ses ressortissants vivent à l'étranger, soit un quart de la population vivant en Haïti. Ils ont trouvé refuge principalement aux États-Unis, au Canada, dans le reste des Antilles et en Europe.

    Lors du recensement de la population québécoise de 2001, 74 465 personnes se sont déclarées d’origine ethnique haïtienne : 65 100 d’origine unique et 9 365 d’origines multiples. Par ailleurs, sur ce nombre, 47 850 personnes sont nées à Haïti.

    D’autre part, plusieurs artistes et personnalités connues que nous pouvons voir et entendre sur les ondes sont d’origine haïtienne. En voici quelques exemples :

    Wycleff Jean
    Rappeur haïtiano-américain de renommée mondiale
    Michaëlle Jean
    Gouverneure générale du Canada
    Luck Merville
    Chanteur né en Haïti en 1967 et vivant aujourd’hui au Québec
    Danny Lafferrière
    Écrivain prolifique d’origine haïtienne vivant au Québec

    9) Problèmes auxquels font face les Haïtiens :

           Environnementaux

  • Sécheresse
  • Déforestation
  • Épuisement et érosion des terres
  • Cataclysmes naturels (inondations, tempêtes tropicales)

    Politiques
  • Violence
  • Instabilité politique
    La scène politique haïtienne est quant à elle mouvementée. Le pays a longtemps été dirigé par la famille Duvalier. Le père et le fils maintenaient un régime dictatorial. Ce sont eux qui ont fait naître les tontons macoutes, sorte de police qui s’assurait que personne ne parle contre le gouvernement en place. Étrangement, cette période, bien qu’oppressante pour la population, favorisait l’aide humanitaire. Le pays présentait un réseau routier en bon état et le tourisme était florissant. En 1986, Jean-Claude Duvalier fut renversé et s’exila en France. Il y eut par la suite de nombreux coups d’État qui détériorèrent la condition d’Haïti. La transition vers la démocratie est longue et fragile.

    Sociaux

  • Violence
  • Chômage
  • Sous-alimentation
  • Situation de la femme
  • Inégalités des richesses
    La richesse est très mal distribuée en Haïti. Une petite clique de politiciens, de commerçants et d’industriels gèrent tout le pays et en retirent les bénéfices dans leurs domaines de Pétionville, une banlieue de Port-au-Prince, véritable îlot de richesse dans une mer de pauvreté.

  • Travail des enfants

    Un autre phénomène très présent est la domesticité juvénile. Les Restaveks sont des enfants pour qui la famille est incapable de payer les études. Ils sont donc donnés à des foyers qui leur promettent ce privilège en échange de travaux domestiques. Ces jeunes ont une somme de tâches énorme, jouent rarement et sont souvent maltraités. Il est fréquent que leur famille d’accueil ne défraie pas les coûts reliés à l’éducation, comme promis, les privant ainsi de leur seule sortie de secours.
  • Page actualisée en 2010