LE RÉSEAU IN-TERRE-ACTIF

Un outil d'éducation et d'engagement pour de jeunes citoyens solidaires

Dossier : Quelques dates importantes dans l'histoire du féminisme

primaire    secondaire 1e cycle 2e cycle

Pourquoi, à travers le monde, les femmes ont-elles choisi le 8 mars pour célébrer leurs luttes ?

Texte de Simone Monet-Chartrand (1919-1993), militante,  paru à l'occasion de la Journée de la Femme dans L'aut'journal, no. 82, mars 1990

J'ai appris que l'origine de cette journée est une lutte héroïque des femmes travailleuses américaines dans l'industrie du textile et du vêtement à New York, dans le Lower East Side.

En ce jour du 8 mars 1857, elles manifestèrent publiquement par une marche dans le quartier de l'usine contre la journée de travail de douze heures, les bas salaires, les mauvaises conditions de travail, d'hygiène, etc. Quand elles arrivèrent dans les quartiers riches, la police à cheval fonça sur les manifestantes; plusieurs furent arrêtées, certaines furent blessées, piétinées dans la confusion qui s'ensuivit.

La même journée, le 8 mars, mais 51 ans plus tard, en 1908, les travailleuses américaines de l'aiguille (couture) manifestent pour les mêmes raisons : heures de travail, salaires, etc. Mais, en plus, elles réclament le droit de vote. Cela se passait à New York encore.

En 1910, à Copenhague au Danemark, lors du Congrès du Mouvement international des femmes socialiste, Clara Zetkin, qui a été à la tête du mouvement dès le début des années 1890, puis dirigeante du Parti socialiste allemand, demande que l'on proclame le 8 mars Journée internationale des femmes en souvenir de la violente grève du textile à New York.

Il semble qu'il y ait eu consensus pour affirmer que c'est en 1911 que la journée du 8 mars fut proclamée Journée internationale des femmes. Cette journée, m'a-t-on dit, fut célébrée avec courage en Allemagne, en Autriche, au Danemark, en Suisse et aux États-Unis.

Puis, en 1914, un groupe de femmes politisées, dont Clara Zetkin (1857-1933), organise une manifestation à laquelle participe un millier de femmes pour protester contre la course à la guerre en Allemagne.

Le 8 mars au Québec
Depuis la Deuxième guerre mondiale, la crise économique et la révolution tranquille au Québec, elles ont appris à combattre et à lutter contre toute forme d'exploitation.

Ici même, les groupes les plus diversifiés de femmes fêtent maintenant et de diverses façons, surtout depuis 1974, cette Journée internationale des femmes.

À l'occasion du 8 mars, j'ai reçu, de la Ligue des femmes du Québec, une invitation à donner une conférence sur mes réflexions à la suite de mes contacts avec des groupes de femmes des pays de l'Est. J'ai accepté volontiers, heureuse de rencontrer des femmes immigrantes de ces pays, certaines devenues canadiennes ainsi que de nombreuses Québécoises militantes.

Au Québec, plus particulièrement depuis le 8 mars 1974, les femmes des comités féminins des trois centrales syndicales (CEQ-FTQ-CSN), des organismes sociaux ou communautaires convient toutes les femmes, ménagères et travailleuses, pour fêter cette journée qui leur est dédiée et ceci dans les différentes villes de la province : Québec, Thetford Mines, Saint-Georges-de-Beauce, Hull, Joliette, Schefferville, Sept-Îles, Paspébiac, Val d'Or, Montréal et Haute-Rive.

 

De 1974 à aujourd'hui

Nous continuons de revendiquer les droits des femmes de tout âge et de tous les milieux à travers des thèmes spécifiques à chaque année. Les moyens d'action prévus sont les échanges, la discussion, les exposés socio-politiques, les pétitions, les spectacles, les fêtes populaires, etc.

Ces journées sont l'occasion de rencontres pour briser l'isolement des femmes qui a trop longtemps duré. Elles ont senti le besoin de se connaître et du même coup de faire l'analyse de leur condition, de ses causes, pour pouvoir diriger leurs actions futures et amener un vrai changement des mentalités, des lois et des structures sociales.

Je souhaite que le 8 mars aide à mettre en commun nos connaissances, nos techniques de travail, nos ressources, nos idées et nos projets de façon positive.

Joyeux 8 mars!

Simone-Monet Chartrand


Du pain et des roses - Origine de la Marche mondiale des femmes de l'an 2000 

 

 

En juin 1995, la Marche des femmes contre la pauvreté Du pain et des roses se réalise avec la collaboration et la participation de milliers de femmes du mouvement féministe du Québec. Ce projet a su gagner l'appui de plusieurs secteurs de la population et pour cause ! Cinq cent cinquante femmes ont marché durant 10 jours pour porter jusqu'à Québec des revendications à caractère économique.

A la suite de cet événement inusité mais dont la portée a été indéniable, la Fédération des femmes du Québec a proposé aux femmes présentes à la Conférence internationale des femmes de Beijing, en septembre 1995, de planifier et d'organiser une action commune en l'an 2000. Cette idée s'est propagée rapidement et, quelques mois plus tard, plus de 200 groupes de femmes provenant de plus de 50 pays manifestaient de l'intérêt pour cette Marche mondiale et ça continue...

 

D'où vient le thème Du pain et des roses?

Le thème Du pain et des roses est issu des luttes historiques des femmes progressistes américaines. Le pain illustre la nécessité d'avoir satisfaction aux besoins de base, tandis que les roses font référence à la qualité de vie et à l'importance de lutter pour la justice et la solidarité.

Les objectifs de la Marche de l'an 2000

Les femmes composent la moitié de la population. Malgré cela, elles fournissent les 2/3 des heures totales de travail, mais ne gagnent que 1/10 du revenu mondial et possèdent moins de 1/100 de la fortune mondiale.

 

Les femmes veulent donc profiter de la marche de l'an 2000 pour promouvoir l'égalité entre les femmes et les hommes, présenter des alternatives fondées sur l'égalité et la justice et stimuler un vaste mouvement des groupes de femmes de façon à ce que la Marche constitue un geste d'affirmation des femmes du monde entier.

Activités proposées au milieu scolaire

Tempêtes d'idées sur ce qu'évoquent, pour les élèves, la justice, la solidarité, la paix, le pain, les roses, les génocides, le travail domestique, la démocratie...

Discussions et rédactions : Pouvez-vous donner des exemples concrets de promotion de l'égalité entre les femmes et les hommes ? Pourquoi revendiquer sur le plan international ? Que devraient réclamer les femmes sur le plan national ? Que devraient faire les jeunes dans leur milieu pour favoriser l'égalité entre les filles et les garçons, l'amélioration des conditions de vie des femmes dans leur milieu ou ailleurs dans le monde ?

Page actualisée en 2010